CHAMPAGNY

21440



               Champagny (21440) se trouve dans le département de la Côte d'Or situé en région Bourgogne Franche Comté.

Champagny est rattachée à la communauté de communes Forêts, Seine et Suzon.

Depuis 2015, Champagny est dans le canton de Fontaines-lès-Dijon (n°14) du département de la Côte d'Or.

Les habitants de Champagny sont les Champagnyens et les Champagnyennes.

Population (2012) : 29 hab.

Densité de population (2012) : 4 hab/km

 La superficie de Champagny est de 712 hectares (7.12 km2) avec une altitude minimum de 424 mètres et un maximum de 545 mètr

 

 

********

***

*

 

 

                     Ce petit village que l’on découvre au hasard d’une randonnée pédestre ou lors d’une visite au Musée-Ecole a connu des années prospères.

 Champagny, un esprit bâtisseur

 

Jusqu’à la Révolution française, Champagny fut une paroisse de la « Montagne » relativement importante, qui avait une annexe, Villotte-Saint-Seine.

L’église dédiée à Saint-Remy et Saint-Germain était située « sur la crête d’un rocher à trois cents pas du village qui est dans le vallon » nous dit Courtepée.

 

Dès 1788, l’esprit bâtisseur des habitants s’exprime par le désir de reconstruire cette église « trop éloignée, trop petite et un peu en ruines » (selon l’expression de l’Abbé Denizot).

 Mais les années suivantes sont peu favorables à ce genre de travaux et ce n’est qu’en 1825 que l’église nouvelle voit le jour.

 Dans l’intervalle, le village a perdu son indépendance paroissiale: Champagny devient simple annexe de Bligny-Le-Sec.

 Cette église est en fait érigée sur les fondations de l’ancien presbytère. Voilà pourquoi Champagny possède une des rares églises « avec cave ».

 

Le besoin de construire ne s’arrête pas là.

 

En 1878, la Municipalité édifie la fontaine et les abreuvoirs attenants à l’église.

Comme dans tous les petits villages de la région, cette décision répond à un souci d’hygiène, de sécurité, mais elle tend surtout à améliorer les conditions de vie et faire en sorte que les gens restent, les jeunes surtout.

 

On notera que la population de Champagny atteint son maximum en 1831, avec 203 habitants.

 

Champagny construit son école... et son lavoir

 

Dès 1832, 18 des 19 communes du canton de Saint-Seine-l’Abbaye possédaient ce que l’on appelait alors « une maison d’école » (qui pouvait être un bâtiment construit à cet effet ou une simple pièce d’habitation louée à un particulier)… excepté Champagny.

 La commune n’étant pas riche, les enfants allaient suivre les cours à Bligny-Le-Sec distant de 3 kms.

 La municipalité émit le souhait de construire sa propre école.

 L’achat du terrain eut lieu en 1851. Les travaux débutèrent en février 1852 et s’achevèrent pour la rentrée scolaire de 1856.

 Les effectifs étaient à cette date importants : de 35 à 43 élèves inscrits.

 

 

Lavoir de Champagny du XIXe siècle

En 1848 le conseil municipal décide d'équiper la commune d'un lavoir alimenté à partir d'une fontaine mise en place en 1827.
Les plans sont dressés par Auguste Sirodot, architecte de Dijon, et les travaux confiés au charpentier Jean Duthu, adjudicataire de l'appel d'offre passé en mars 1850.
L'abreuvoir existant est conservé. De 1879 à 1891 d'autres fontaines viennent compléter l'équipement en eau du village.

Quand l’Histoire rattrape Champagny

 

Au milieu du XIXe siècle, le village mène une vie calme et laborieuse marquée toutefois par le départ des jeunes gens attirés par les « lumières de la ville ». C’est le début d’un exode rural qui n’est pas près de se terminer.

 Ce calme précaire va être brutalement interrompu pendant l’hiver 1870-1871. La France est en guerre contre la Prusse depuis juillet 1870 ; l’armée ennemie sévit dans la région.

 Dans la nuit du 16 au 17 janvier 1871, un détachement de 12 soldats prussiens, conduisant un troupeau de 750 moutons, bivouaque à Champagny.

 Les animaux parqués, les soldats logent chez l’habitant.

 Les francs-tireurs cantonnés à Saint-Seine-l’Abbaye, alertés par des gens étrangers au pays, viennent au village. Mais les soldats prussiens réussissent à s’enfuir à Chanceaux et reviennent avec des renforts.

 Tous les hommes de la commune sont fait prisonniers en un premier temps, avant d’être dirigés sur Is-Sur-Tille.

 Puis le village est mis à sac et incendié. A leur arrivée après avoir été libérés, les hommes de Champagny prennent connaissance de l’ampleur du désastre : 18 maisons d’habitation avec les bâtiments d’exploitation, les écuries, les granges sont complètement anéantis. L’église et l’école virent leurs toitures touchées par les flammes.

 

La solidarité s’organise pour parer au plus pressé : des secours en vêtements et en aliments arrivent des villages voisins.

 La reconstruction des habitations s’effectuera grâce à des subventions de l’Etat, une aide de l’Evêché et aux dons du « Sou des chaumières » (une plaque apposée sur une maison de la rue menant au cimetière en porte témoignage).

 

L’école ne bénéficiera pas de suite de ces secours et les enfants seront obligés de reprendre le chemin de Bligny-Le-Sec jusqu’à la rentrée scolaire de 1874..............

 

 

Extraits de La Gazette de Champagny 1 et 2

avec l’aimable autorisation des « amis de l’Ecole de Champagny » 21440 Champagny.

 

(Ouvrages disponibles à l’Ecole-Musée de Champagny 

ou à l’Office du Tourisme de Saint-Seine-L’Abbaye)

 

 


www.my-meteo.fr